Se former pour intégrer l’un des métiers du secteur agricole

Le secteur agricole est un monde en perpétuelle évolution qui génère de plus en plus d’emplois. En effet, chaque année, en France, 7000 employés sont recrutés dans ce domaine. Aujourd’hui, il existe plusieurs écoles qui proposent différentes formations dans ce secteur : le cursus dépend de la formation.

Le monde des métiers de l’agriculture

Beaucoup de personnes pensent que le secteur agricole ne concerne que l’agriculture et l’élevage directement. En fait, il existe plusieurs métiers agricoles qui sont liés, d’une manière ou d’une autre, à ces deux domaines. En effet, c’est un secteur qui tend à se moderniser de jour en jour, et par cette occasion les différentes spécialisations apparaissent. Par exemple,devenir agriculteur, c’est bénéficier des formations diplômantes et qualifiantes dans l’art de travailler la terre. Elles peuvent s’accompagner de pratiques modernes comme l’utilisation de différents progrès de techniques. De même que dans l’élevage, les formations sont accompagnées d’innovations pour une production de qualité et de quantité. Aujourd’hui, on recense beaucoup de métiers de l agriculture : l’ingénierie forestière, la viticulture et l’œnologie, l’aquaculture, le monde maraîcher, le conseil agricole, etc. Bref, avec l’avancée de la technologie, le domaine s’élargit et les métiers du secteur agricole s’accroissent. En d’autres termes, chacun de ces métiers génère de nombreux emplois allant de la production en passant par les conseils jusqu’à la commercialisation des produits.

Une formation selon la filière choisie

En fait, il n’y pas de formations spéciales au secteur agricole : en effet, puisque certains choisissent des formations professionnalisant, d’autres auront besoin d’un master pour pratiquer. Dès l’enseignement secondaire, il est possible de suivre un cursus qui permet à celui qui voudrait devenir agriculteur d’obtenir un brevet (niveau BEP) ou un certificat d’aptitude professionnelle pour pratiquer : le niveau CAP. Certaines filières proposent la prise d’un baccalauréat professionnel ou le niveau BAC. Par exemple, dans le domaine de l’aquaculture, il est possible d’obtenir un diplôme dans la spécialisation de la production agricole. Il y a également ceux qui veulent devenir des experts dans le domaine : ils préfèrent approfondir davantage leurs connaissances avec des études universitaires, et s’en sortir avec une spécialisation. Pour devenir un ingénieur forestier par exemple, il faudra un master dans la filière agronomie. Un exploitant laitier devra obtenir une licence professionnelle en productions animales avec une spécialisation dans la maîtrise de la transformation pour que ses produits soient acceptés sur le marché. Bref, la durée et les diplômes nécessaires à la pratique dépendent de la filière choisie et les spécialisations qu’il faudra pour pratiquer légalement.

Où trouver une école de formation ?

Les formations pour exercer dans le domaine de l’agriculture varient de l’obtention du CAP à l’ingéniorat. Ainsi, le choix de l’école dépend d’abord du profil du candidat et ensuite de son projet. Il existe plusieurs écoles éparpillées dans tout l’hexagone. Pour la formation agriculteur par exemple, on peut trouver des écoles physiques, mais aussi des formations en ligne. Pour guider les candidats dans la manipulation à distance, on présente des sites d’orientation : ce sont des outils qui comparent les différentes propositions, identifient les meilleures et mettent les deux entités concernées en relation. Les écoles physiques sont aussi nombreuses et malgré l’avancée de la technologie, elles sont toujours aussi fréquentées. Le choix du lieu n’influe pas sur l’authenticité du diplôme du moment que les enseignements sont professionnels en associant cours et apprentissage, stage et pratique, etc. Le coût dépend de l’école : dans les enseignes publiques, ils sont gratuits, mais dans le privé, ils sont payants. Il existe même des formations agricoles professionnalisant qui est rémunérée. Elles se composent généralement de deux parties : une moitié en centre de formation et une autre en entreprise pour un stage de pratique.